48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Publié le 

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière
Coup de coeur

La « globe-trotteuse » Alice Roman s'offre 48 heures de villégiature à Palma de Majorque et, bercée par les mots de George Sand et le cycle des quintes de Frédéric Chopin, nous livre son parcours et ses adresses.

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Douceur de pierre du Posada Terra Santa

Premier jour, 12h30 – Qu'il est exquis de parader dans mes sandales de cuir sur les carreaux polis du sol de l'aéroport. J'ai longuement rêvé de ces plages d'ivoire bordées par une eau claire, et de mes pieds nus imprimant mon passage effacé par la mer. Quelques minutes de taxi me séparent du Posada Terra Santa. Adresse confidentielle du cœur de la vieille ville, ce manoir du XVIe siècle me convie dans un appartement privé dont l'élégance se devine derrière les pierres séculaires de l'établissement.
Impatiente de découvrir cet ancien port autrefois convoité par les Romains, les Vandales et les Vikings, j'abandonne négligemment ma valise sur un lit tendre et douillet. Je baigne quelques instants le bout de mes orteils dans la piscine chauffée de la terrasse de l'hôtel, depuis laquelle j'aperçois la silhouette de la basilique de Sant Francesc et la cathédrale Santa María.

Posada Terra Santa
Carrer de la Posada de Terra Santa, 5
07001 Palma de Mallorca
+34 971 21 47 42
www.posadaterrasanta.com

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Sa majesté la cathédrale Santa María

17h30 – Chef-d'œuvre de style gothique, le colosse figure le travail de près de quatre siècles : 44 mètres de hauteur sous sa voûte, 121 mètres de long et 55 mètres de large. Sur décision du roi d'Aragon Jacques Ier le Conquérant, sa construction débute en 1229 en lieu et place de la grande mosquée de Madina Mayurqa. Consacrée 117 ans plus tard, la cathédrale Santa María est parachevée par l'artiste majorquin Guillem Sagrera au milieu du XVe siècle, puis restaurée au début du XXe siècle par l'architecte catalan Antoni Gaudí.
Auguste, elle surplombe la baie de Palma et, lorsque le jour s'assombrit, révèle son éclat aux yeux des habitants. Tandis que j'observe la beauté avec laquelle l'édifice se dresse au-delà des fortifications médiévales, la visite s'achève et le silence est religieux.

Catedral de Santa María de Palma de Mallorca
Plaça de la Seu
07001 Palma de Mallorca
+34 902 02 24 45
catedraldemallorca.org

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Pour une danse royale à l'Almudaina

18h30 – Érigé face à la Seu, le palais royal de l'Almudaina adopte sa forme actuelle au XIIIe siècle, à l'emplacement d'un alcazar maure. D'abord fondation de Palma la Romaine en 123 avant J.-C., forteresse au Xe siècle, puis demeure princière sous le califat omeyyade de Cordoue, cet édifice d'hidalgo abrite, depuis son remaniement à la Renaissance par Philippe II, la résidence officielle du roi et de la reine d'Espagne au cours de leurs séjours dans les îles Baléares.
Véritable concentré de l'histoire de Majorque, la citadelle domine la ville derrière quelques palmiers fournis, entre art mudéjar et architecture gothique levantine. Lançant un dernier regard par-dessus mon épaule, je m'éloigne du monument d'un pas lent, attirée par les effluves du Sumaq.

Palau de la Almudaina
Carrer del Palau Reial, s/n
07001 Palma de Mallorca
+34 971 21 41 34
www.patrimonionacional.es

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Sumaq, quand le Pérou rencontre le Japon

20 heures – Je quitte la Plaça de la Seu, décidée à rejoindre les hauteurs de Palma. Originaire de Cuzco, capitale des Incas dans la cordillère des Andes, la chef Irene Gutiérrez s'impose en ambassadrice de la gastronomie Nikkei à Majorque. Délicieuse terminaison de l'immigration nipponne au Pérou à la fin du XIXe siècle, le ceviche s'accompagne d'une sauce soja, de sésame ou de wasabi pour équilibrer l'acidité du citron vert.
Niché dans le quartier de Santa Catalina, le Sumaq propose des variantes et mariages gourmands autour du plat national péruvien. Un verre de Verdejo aux lèvres, je m'essaie à la secuencia de ceviches de pescado après une causa de pulpo al olivo : une tomate farcie de pomme de terre, de l'avocat et du poulpe, le tout nappé d'une crème d'olives du pays. Heureuse, je regagne ma chambre dans la douceur du soir.

Sumaq
Carrer de Cotoner, 44
07013 Palma de Mallorca
+34 696 52 67 58
restaurantesumaq.com

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Par-delà les frontières célestes au Castell de Bellver

Deuxième jour, 7h30 – Depuis le Bosc de Bellver, le château éponyme veille sur les nuits paisibles de Palma, que seul le ressac se risque à interrompre. J'absorbe un verre de cafe con leche et m'éclipse discrètement de l'hôtel. J'entreprends de grimper sur cette colline de pins où le Castell de Bellver règne en maître.
Étonnante forteresse circulaire gothique, l'édifice accueille Jacques II de Majorque après que la paix a été obtenue entre son royaume et la couronne d'Aragon, au XIVe siècle. À seulement quelques kilomètres du centre historique de la ville, il fait désormais figure de musée d'archéologie, de peinture et de numismatique composé d'un donjon, d'une immense cour d'armes sur deux étages et d'un second espace construit autour d'un puits que les statues romaines offertes par le cardinal Antonio Despuig y Dameto couvent du regard.

Castell de Bellver
Carrer Camilo José Cela, s/n
07014 Palma de Mallorca
+34 971 73 50 65
www.palma.cat

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Harmonie primitive à la Serra de Tramuntana

10 heures – Les touristes tardifs commencent à s'emparer du château et se pressent sous ses arcades de pierre. En quête du Majorque champêtre et sauvage, je pousse mon excursion quelques kilomètres à l'ouest. Le vent du nord s'engouffre dans le golfe du Lion et peint de son souffle la Serra de Tramuntana : peuplée d'espèces endémiques, cette aire unique culmine à près de 1 500 mètres d'altitude et contraste, arrosée par de fortes précipitations, avec le climat aride de l'île.
Pour l'heure, je déambule au sec à travers les sentiers balisés du GR 221. Je croise de nombreux randonneurs du côté des Puig de Massanella et de Galatzó. Les muscles saillants de leurs cuisses accusent la difficulté du parcours, mais le sourire qu'ils affichent laisse deviner l'euphorie qui les gagne un peu plus à chaque pas.

www.conselldemallorca.net

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Le marché d'Inca, sauvagement raffiné

12h30 – Je retrouve la civilisation majorquine au cœur de la cité d'Inca, communauté autonome dont le nom fait écho à la domination musulmane d'autrefois. Là, le monastère de Sant Bartomeu côtoie l'ancien couvent de Sant Domingo et l'église de Santa María la Mayor. Sous les halles couvertes, le célèbre marché de la ville touche à sa fin. Je flâne entre les étals de figurines et de bijoux d'artisanat mondial, et m'attarde dans une cave à vin aménagée en restaurant.
J'en profite pour me régaler de quelques saveurs méditerranéennes. Inca étant réputée pour son industrie du cuir, je m'éternise dans l'un des nombreux points de vente. Ils me séduisent et m'envoûtent : vestes, sacs et accessoires tannés font l'objet d'une fouille au corps délicieusement parfumée.

Marché d'Inca
Avinguda Gran Vía Colon
07300 Inca
+34 971 50 57 45

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Fornalutx, de roche et de rouille

15 heures – Quand je paressais sur le marché quelques heures plus tôt, j'ai discuté avec une jeune femme qui, d'un français approximatif mais charmant, m'a vivement conseillé de faire un détour par l'un des plus beaux villages d'Espagne.
Perché sur une colline du nord de Majorque, Fornalutx est une bourgade médiévale toute de pierres vêtue. Dans ma longue robe fleurie, je vagabonde parmi les maisons typiques des ruelles escarpées, me rafraîchis des embruns d'eau douce de fontaines centenaires et tournoie furtivement sur des pavés d'ocre et de miel. Le décor authentique et pittoresque du lieu conquit les uns et subjugue les autres. Les yeux écarquillés, je m'approche lentement de l'actuel hôtel de ville Ca n'Arbona et, à mon tour, demeure béate d'émotion devant la beauté des anciennes maisons seigneuriales – Casa d'Amunt, Bàlitx Inn, Ca'n Xandre, Ca'n Ballester et Ca'n Bisbal.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

D'humeur gourmande à l'El Tapas de Flanigan

17 heures – Le cœur d'eau et de pierre de Palma de Majorque bat à tout rompre, et les rues se gorgent de cris d'enfants et de gais bavardages. Les cuisines ouvertes de l'El Tapas de Flanigan diffusent un fascinant fumet catalan qui, depuis le Passeig Mallorca, m'attire irrémédiablement à l'une des tables de bistrot extérieures. Je ne peux contenir mon goulu caprice.
La taverne délivre toutes les recettes classiques de tapas, qu'elle réalise savamment à partir de poisson frit, de haricots, de calamar, de poivron grillé, de viande froide ou de palourdes. Sous ses allures de repaire de marins moderne, l'établissement exprime de la plus belle des manières les essences culinaires de l'Espagne. À l'heure où le soleil effleure la mer, je déguste une panna cotta à la pulpe de fruits, puis bois une dernière lichée de Ribas blanc.

El Tapas de Flanigan
Passeig de Mallorca, 20
07012 Palma de Mallorca
+34 971 67 90 17
www.eltapasdeflanigan.com

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Es Trenc, terre indomptable de Palma

19h30 – Mon séjour s'achève. L'avion du retour m'embarque à 13h30 demain, le temps de me promener une ultime fois dans une capitale cosmopolite, bordée de baies et de criques secrètes. Au sud de Palma, Es Trenc est le dernier grand banc de sable non urbanisé de la région. À l'abri des dunes et des pins, quelques hommes et femmes pratiquent le naturisme en toute tranquillité. Je préfère rester habillée.
Les eaux cristallines perlent sur une vaste étendue blanche dont les grains délicats épousent la plante de mes pieds. Je marche le long de la plage, de longues minutes, peut-être des heures. Je n'ai plus la notion du temps. La grâce de cette nature préservée accapare mes sens et, alors que l'éclat du jour s'attendrit, me murmure à l'oreille ces quelques mots de Joan Miró : « Majorque est poésie et lumière. » Et je vous promets d'y revenir bientôt.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Palma : terre de poésie et de lumière

Cuisine fusion au Canela

20h30 – Avant de partir, je décide d'un dernier dîner improvisé au Canela, avec sa jolie terrasse de bois, sa devanture aux allures d'épicerie et sa salle décorée tel un bistrot parisien. Je parcours ce menu d'exception avant d'opter pour une tempura de crabe à coquille molle, servie avec une salade épicée de melon doux avant de me laisser tenter par un Black Cod d'Alaska aux épices cambodgiennes. La mélancolie de mon départ m'accompagnera jusqu'au dessert, et je me précipite alors sur un chaud-froid framboise et chocolat noir, qui clôturera ce magnifique séjour.

Canela
Carrer Sant Jaume, 13
07012 Palma de Mallorca
+34 971 71 03 14
www.canelabistro.es